L’homme, la pieuvre et l’orchidée de Cousteau

Histoire de partager les bonnes histoires et si tu veux étoffer ta bibliothèque je fais cette série d’articles que j’alimenterai en fonction de mes lectures du moment.

Voilà un livre que l’on m’a donné et que j’ai dépoussiéré pour l’occasion. Un livre de Cousteau ça ne se refuse pas et je ne le regrette pas. Voyons voir dans quelle aventure de fou le Commandant va une fois de plus nous entraîner.

Quatrième de couverture

Après de nombreuses années à bord de la « Calypso », le célèbre commandant se penche sur son passé. L’observation des océans lui enseigna les mille et un secrets de l’évolution, mais sa pensée n’avait qu’un seul but : l’homme et son rapport avec l’environnement. Ce livre-testament nous montre à quel point Cousteau fut un humaniste aux préoccupations multiples. Il y dénonce toutes les folies meurtrières de notre temps : la destruction des réserves de poissons, le saccage de la faune et de la flore marines, le « tout nucléaire »…

Un livre choc dans lequel passe le souffle d’un homme qui fonde son constat sur une documentation implacable, une formidable réflexion sur le présent et l’avenir de l’humanité…

Mon résumé, en bref

Ce livre de poche de 480 pages, réalisé en mai 1999, est écrit en 15 chapitres dont chacun est dédié à un sujet particulier. Le point commun entre tous est la relation qu’entretien l’homme avec son environnement.

L’auteur aborde cette relation de manière très large. Il englobe bien évidemment la nature, les hommes et les animaux, comme le précise le quatrième de couverture. Jusque là rien d’étonnant pour Cousteau. Mais j’ai été étonné que des sujets comme les relations humaines, le progrès technologique, l’histoire, les cultures, les religions, la politique, l’enseignement, les origines de la vie, son évolution et d’autres encore soient également abordés.

Une partie du récit est basé sur l’expérience qu’a vécue le commandant au cours de sa carrière de plongeur, d’explorateur, de commandant de la Calypso, de responsable du museau océanographique de Monaco… Une autre partie est basée sur des faits constatés, historiques, politiques… Je pense notamment à sa discussion avec le Général De Gaulle sur les méfaits du nucléaire. Le constat qui est fait est parfois (même souvent) accablant mais toujours sincère et cohérent.

Ce livre n’est pas le récit d’expéditions menées par le commandant, même s’il fait référence à certaines de ses aventures. Le commandant établi des constats, tirent des bilans et fait des propositions d’ouverture pour l’avenir dans la relation qu’entretien l’homme avec son environnement.

J’ai découvert une facette de la personnalité du commandant Cousteau que je ne connaissais pas. Habituellement présenté comme un explorateur, ce livre nous montre que ces préoccupations étaient en réalité bien plus larges. Elles ne se limitaient pas au seul fait de tenir le cap de la Calypso et d’explorer les fonds marins.

Cet ouvrage n’est pas spécialement dédié à la plongée. Néanmoins il satisfera tout plongeur qui souhaite avoir l’avis du commandant sur sa vision de l’environnement, au-delà de la faune et de la flore. Les sujets traités sont variés et les problèmes de l’époque sont toujours d’actualité aujourd’hui, malheureusement. Le contenu illustré par des faits réels, historiques, politiques ou autres appuie et conforte les propos de l’auteur. Le fil rouge de l’histoire illustre une approche systémique des problèmes environnementaux au-delà des approches économiques classique.

Cousteau voit notre planète comme notre seul et unique vaisseau. C’est comme ça qu’il la décrit vue depuis l’espace. Pour lui la solution aux problèmes environnementaux ne peut être que globale et commune. Elle n’existera pas au travers des frontières fictives de notre monde et de la bureaucratie politicienne.

L’auteur

Bon OK tout le monde connaît Cousteau…

L’Homme, la Pieuvre et l’Orchidée (titrée aussi officiellement en anglais comme The Human, the Orchid, and the Octopus) est une biographie posthume de Jacques-Yves Cousteau, sortie en 1997.

Cousteau écrit sa biographie en 1997 en collaboration avec Susan Schiefelbein mais ils n’ont pas le temps de la publier avant sa mort. Une version non autorisée du livre paraît en France et aux États-Unis cinq jours après le décès de l’explorateur. Susan Schiefelbein porte alors plainte pour contrefaçon et le livre est retiré de la vente. En 2007 il est réédité en anglais  et en 2008 en allemand selon les volontés de la coauteure. En octobre 2011 il n’existe pas encore d’édition officielle en français.

Cet artcile t'as plu ? Alors abonne-toi par e-mail

Pour recevoir une fois par semaine les dernières publication du blog.

Je déteste les spams donc je ne dévoilerai pas ton mail.

Crédit photo : pixabay – Sources : wikipédia.org

Tu peux encore trouver le livre sur ce lien Amazon sinon clique sur la photo ci-contre. Il est uniquement en occasion sinon faudra te tourner vers les brocantes ou les échanges car je ne crois pas qu’il soi encore publié.

Si tu veux continuer dans la plongée rétro je te renvoie vers la VIDÉO #1. 😉

 

A bientôt !

Et n'oublie pas de partager c'est fait pour ça :

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des