600 milliards sous les mers, une histoire de trésors

J’ai lu ce livre, qu’on m’a encore une fois donné, à la période ou je commençais les plongées profondes. Lors des longs paliers de décompression je me remémorais les histoires de trésor de 600 milliards sous les mers. Cependant même si comme l’auteur j’explorais des épaves difficiles d’accès, moi je n’ai malheureusement jamais trouvé de trésor…

Quatrième de couverture

Les fortunes qui reposent sous les mers ont pendant longtemps excitées l’imagination fertile des romanciers et des chercheurs d’or.

L’auteur est l’un des rares plongeurs à avoir, non seulement retrouvés des épaves englouties, mais à avoir réellement récupéré de l’or. Les aventures qu’il à vécu sont hallucinantes depuis la première plongée avec des scaphandres de fortune jusqu’au plus moderne équipement mis en œuvre. Tout a été tenté pour vaincre les mystérieux galions engloutis. Il semblerait qu’un sort pèse sur ces fortunes. Que se soit les monstres marins ou les tempêtes, l’auteur s’est heurté à des difficultés insurmontables. Il a même payé très cher son tribu puisque lors d’une plongée, il fut victime d’un terrible accident.

Petite précision : L’histoire date d’avant la seconde guerre mondiale. Donc quand on parle d’équipements les plus modernes, il faut se replonger dans le contexte de l’époque. Vous pouvez voir la photo ci-dessus l’une de ces technologies de pointe… C’est rustique.

Mon résumé, en bref

Ce livre de poche de 372 pages, imprimé en décembre 1963 aux éditions de Paris, est écrit en 26 chapitres relatant les aventures de Harry Rieseberg. Cet homme est animé par l’obsession du sauvetage, mais par n’importe lequel, le sauvetage de trésor! Pour cela il a parcouru le pacifique, l’atlantique, la mer des caraïbes et une partie de l’asie. Son but, remonter l’or, l’argent et les bijoux englouties lors des naufrages.

Pour quiconque ce genre de sauvetage laisse rêveur, comme lorsqu’on rêve de gagner au loto. Néanmoins en tant que plongeur on est d’autant plus interpellé par ces histoires de trésors car les épaves on les explore régulièrement. Et qui n’a jamais imaginé découvrir un trésor lors d’une plongée? Je ne parle pas d’une babiole mais d’un vrai magot de plusieurs millier. L’auteur nous explique comment il a fait pour y parvenir et je peux te dire que ce n’est pas une partie de plaisir.

La recherche des épaves, les renseignements sur le lieu du naufrage, la logistique, les conditions météo, de plongée, la valeur du butin, etc. Tout est étudié pour choisir le bon filon. Une liste est dressée à la fin du livre regroupant toutes les épaves recensées par Rieseberg. Ça laisse rêveur et si tu veux te lancer dans l’aventure, je te souhaite bon courage!

On découvre la vie d’un éventuel monsieur tout le monde qui n’est pas à sa place dans ce moule et qui se prend en main pour assouvir son obsession de l’aventure et du sauvetage dorée. On suit l’auteur de sa première aventure naturaliste avec le président Roosevelt à ses propres expéditions sous-marines. Cet aventurier fait partie des premiers explorateurs sous-marins aux « pieds lourds ». Néanmoins, à la lecture des histoires de plongées on pourrait penser que l’auteur est un peu marseillais dans son récit, mais c’est à vous de juger.

600 milliards c’est un gros chiffre, est-ce que le jeu en vaut la chandelle? Pas sûr…

L’auteur

L’auteur (1891 à 1973) semble être l’un de ces pionniers des explorations sous-marine attiré par les trésors englouties. De 1930 à 1970 Harry Rieseberg a écrit 13 livres et publié un bon nombre d’article sur ses expéditions de recherche de trésor. Il fut également le directeur technique du film « City Beneath The Sea » tirée de l’adaptation d’un de ses livres. Il aurait également été copropriétaire d’une école de plongée pendant plusieurs année.

Cet artcile t'as plu ? Alors abonne-toi par e-mail

Pour recevoir une fois par semaine les dernières publication du blog.

Je déteste les spams donc je ne dévoilerai pas ton mail.

Si ce livre t’intéresse voici quelque lien pour te le procurer :

Il est en vente uniquement en occasion car je crois qu’il n’est plus édité, bonne lecture.

A bientôt !

Et n'oublie pas de partager c'est fait pour ça :

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des